Emma Di Orio : "J'aime déconstruire le rationnel en y ouvrant des petites brèches..."

Dernière mise à jour : 1 sept.

Sentiment océanique

Exposition au 12 La Galerie

du 10 septembre au 8 octobre 2022


Artiste réunionnaise, associée à Constellation, Emma Di Orio présente à La Galerie, à partir du 10 septembre, sa nouvelle exposition, « Sentiment océanique ».

Emma Di Orio, 2022

Le sentiment océanique c'est le sentiment de se ressentir en unité avec l'Univers... Est-ce que le fait d'être née et d'avoir grandi sur une île a joué / joue un rôle important dans ton travail ?


Oui bien-sûr, le fait d'être proche de la nature et des éléments a joué un très grand rôle dans ma pratique et mon imaginaire.

Depuis enfant j'ai toujours eu cette connexion, je suis profondément attachée à la vie rurale, j'ai grandi à Piton St-Leu qui est une commune pas mal tournée vers l'agriculture avec la canne etc... J'ai en plus, passé une grande partie de mon enfance chez mes grands parents qui ont toujours eu un style de vie traditionnel avec le parc poule, le jardin etc. J'aime avoir les mains dans la terre, regarder les plantes pousser, respecter et observer toutes formes de vie animale ou végétale.

Après avoir étudié à l'école des beaux arts j'ai dû quitter ma campagne, mais cela ne me quitte pas vraiment car même en appartement, j'ai pu recréer ma petite jungle et dès que j'ai le temps j'aime m'évader dans des milieux naturels, c'est mon équilibre, ma source d'inspiration.



A contrario est-ce qu'il t'est déjà arriver de penser que pour réussir ton parcours d'artiste, il faudrait que tu partes de La Réunion ?


Ça m'arrive d'y penser... mais franchement ce qui compte le plus pour moi c'est d'être une artiste engagée sur son territoire, comme je l'évoquais précédemment je suis née et j'ai grandi à la Réunion, l'art m'a toujours passionnée et pour moi cela fait sens de travailler et d'évoluer sur mon île, surtout que le milieu de l'art est en expansion et qu'il y a de la place pour tout le monde si on se donne les moyens. Mais j'aime aussi voyager, découvrir et partager ma pratique avec des artistes d'autres pays. C'est un plaisir immense et aussi une reconnaissance de savoir que son travail est international et que les problématiques abordées touchent des personnes différentes. Ma philosophie, c'est de m'ouvrir au monde, de voyager dès que j'en ai les possibilités et ensuite de retourner sur ma petite île remplie d'inspiration pour continuer à produire, mais aussi à me découvrir en tant qu'être humain, à travers cette diversité que nous offrent le monde et la vie.


L'écoféminisme est un mouvement très en vogue actuellement, est-ce que tu te définirais comme telle ? Tu dirais que ton travail est engagé ?


On peut qualifier mon travail d'éco-féministe je me reconnais dans cette démarche. La dimension engagée est arrivée naturellement dans mon travail. Je produis mes œuvres d'une façon très instinctive et intuitive : j'ai des images qui m'arrivent en tête un peu comme des flashs et ensuite je vais essayer de les retranscrire au mieux sur tels ou tels médium. Les thèmes que j'aborde sont la plupart du temps autobiographique et sont extraits de sensations, de fantaisies, de rêves, de bribes du quotidien.

J'ai toujours évolué dans la tolérance, entourée d'amis d'origine, de culture, d'âge, d'identité différentes, il m'a paru donc évident d'intégrer ces thématiques et ces luttes à ma pratique. J'aime déconstruire le rationnel en y ouvrant des petites brèches dans lesquelles on pourrait aperçevoir une autre vision du monde qui nous entoure. J'aime ouvrir le champ des possibles et faire comprendre à la personne qui regarde, que le monde est différent à travers les yeux de chacun ; tout est question de perception.

C'est une ouverture sur les mystères de l'univers, le surnaturel, l'inexpliqué, la magie qui se dégagent de chacun.e d'entre nous.


" On verra bien si j'ai coché les bons numéros à la loterie cosmique ! "


On connaissait tes dessins, on a vu que tu t'aventurais même du côté de la broderie. Pour Sentiment océanique, tu as choisi la peinture. Pourquoi ?

La peinture à été un de mes premiers amours. J'avais ce fantasme de rentrer à l'école des beaux arts et de me faire remarquer pour mon coup de pinceau ; sauf que ça à été le contraire je me suis faite briser en deux ! Alors j'ai fait beaucoup de dessin contemporain, la plupart du temps en noir et blanc. J'ai beaucoup travaillé ma ligne et expérimenté pas mal de médium. Aujourd'hui je me sens confiante dans ma pratique. J'ai réussi à trouver mon style, mon univers et je me sens libre. Cela fait déjà quelques années que je pratique la peinture murale et l'année dernière, je me suis dit : pourquoi pas tenter de nouveau la peinture ? J'ai donc produit deux œuvres pour une exposition. Je me suis lancée un challenge, pas de contours noirs ! Pas facile quand on a l'habitude de travailler comme ça, donc j'y suis allée à l'instinct comme d'habitude et franchement je n'ai pas été déçue du résultat ! J'ai donc continué et je me suis dit que pour mon expo, je n'allais proposer que des toiles...

Ce n'est pas facile de sortir des sentiers battus, surtout quand les gens ont l'habitude de voir un style et vous reconnaissent grâce à cela. Mais pour moi le travail d'un artiste réside aussi dans l'expérimentation et le dépassement de soi. La production des œuvres n'as pas été de tout repos car la remise en question a été permanente ! Mais à partir du moment où la machine est lancée.... on ne peut plus reculer, on assume ses décisions et on avance ! On transforme ses faiblesses en force... Je prends un risque, on verra bien le jour de l'exposition si j'ai coché les bons numéros à la loterie cosmique !!


SENTIMENT OCÉANIQUE
du 10 septembre au 8 octobre
12 La Galerie

12 rue Sainte-Marie / Saint-Denis de La Réunion

Tous les mercredis et samedis de 11h à 18h



Emma Di Orio

Photo : Olivia Fourets

Emma Di Orio est une jeune artiste Réunionnaise. Artiste associée de Constellation et de TÉAT Réunion, les théâtres du Conseil départemental, elle développe de nombreux projets artistiques solo ou collectif.


Elle développe un univers féministe et fantaisiste peuplé de déesses, de végétation luxuriante et de créatures étranges, aux frontières du rêve et de la réalité. Ses oeuvres singulières et engagées, évoquent également les questions d'identité en mêlant sensualité et provocation, pop et underground.







SENTIMENT OCÉANIQUE >>> Galerie (à venir)

Vernissage le 10 septembre 2022 de 17h à 20h

12 La Galerie,

12 rue Ste-Marie à Saint-Denis